Un quartier plus sûr grâce à la participation citoyenne

Un quartier plus sûr grâce à la participation citoyenne

Nous souhaitons tous nous sentir en sécurité chez nous et ce besoin se fait encore plus ressentir lorsqu’on a été victime d’un cambriolage ou qu’il y en a eu dans le quartier. Bien sûr le premier réflexe dans ces conditions est de renforcer la sécurité de notre domicile et c’est bien normal. Malheureusement cela ne suffit généralement pas à se sentir à l’abri et nous conduit souvent à vouloir déménager.

Le problème c’est que rien ne nous garantit que nous serons plus en sécurité ailleurs. Alors pourquoi ne pas s’approprier son quartier ou sa commune et devenir acteur de sa sécurité ? C’est en tout cas dans ce but qu’a été créé le dispositif de participation citoyenne.

La participation citoyenne qu'est-ce que c'est ?

En matière de sécurité, les protections collectives sont toujours plus efficaces que les protections individuelles. Il en va de même pour se protéger des cambriolages. Si vos voisins ouvrent l’œil lorsque vous êtes absent et que vous en faites de même lorsqu’ils ne sont pas là, les risques pour qu’un cambrioleur parvienne à son but s’amoindrissent.

Si maintenant c’est tout un quartier qui fait la même chose et que cela est clairement indiqué dans la rue, la protection prend encore une autre dimension. C’est pour cela que la participation citoyenne a été mise en place par l’état depuis 2006.

Ce dispositif, totalement gratuit, permet en effet aux habitants qui le souhaitent de s’impliquer dans la sécurisation de leur quartier ou de leur commune. Il prévoit de rapprocher la population des forces de l’ordre et des élus par l’intermédiaire de citoyens référents qui auront des contacts privilégiés avec la brigade de gendarmerie locale et le maire.

Ces citoyens référents peuvent faire remonter à la gendarmerie ou à la police, toute activité ou faits suspects dont ils sont témoins et ainsi permettre une intervention rapide des forces de l’ordre. La participation citoyenne permet donc de lutter contre les cambriolages mais également contre toute autre forme de délinquance.

Logo participation citoyenne

Comment s'organise la participation citoyenne ?

Comme nous l’avons dit précédemment, la participation citoyenne fonctionne sur la base du volontariat. Si la commune ne prend pas l’initiative d’elle-même, les habitants souhaitant participer au dispositif peuvent se faire connaître auprès de la mairie. C’est en tous cas au Maire de se charger de la mise en place et du pilotage de la participation citoyenne sur sa commune.

Pour ce faire, il doit organiser une réunion publique avec l’un des responsables de la gendarmerie locale afin d’expliquer à ses administrés la démarche et ses intérêts. Cette réunion est également l’occasion de trouver un maximum de volontaires pour devenir « Citoyen référent ».

De son côté, le responsable de la gendarmerie désigne un gendarme référent. Ce gendarme référent aura régulièrement des échanges avec les citoyens référents et sera leur contact privilégié en cas constatation d’activité suspecte.

Le Maire devra ensuite officialiser la mise en place du dispositif en signant un protocole avec le préfet et le commandant des forces de l’ordre. Ce protocole reprendra les modalités de mise en place, d’évaluation et de suivi de la participation citoyenne. Il aura également en charge l’installation d’une signalisation dissuasive indiquant clairement qu’un dispositif de participation citoyenne est en vigueur dans la commune. Par la suite, la mairie organisera chaque année une présentation publique des résultats du dispositif.

La participation citoyenne fonctionne dans les deux sens. Ainsi les citoyens référents ont en charge la remontée d’informations vers les forces de l’ordre mais doivent également faire passer les conseils et messages de la gendarmerie aux autres habitants du quartier. Le but de la démarche étant de faire en sorte qu’un maximum de foyers prennent les bons réflexes et qu’une « culture de la prévention » puisse s’installer au sein de la commune.

Bien sûr, être citoyen référent ne signifie pas être le shérif du quartier. En aucun cas vous ne devrez intervenir lorsque vous constaterez un délit. En revanche, le fait d’avertir les forces de l’ordre suffisamment tôt augmentera significativement les chances d’interpeller les fauteurs de troubles et donc les chances d’élucider les infractions.

Quelle est la différence entre "la participation citoyenne" et "les voisins vigilants" ?

Sur le principe, le dispositif des « voisins vigilants » est le même que « la participation citoyenne ». L’objectif est le même, ce sont les mêmes acteurs qui entre en jeu et le service est tout aussi gratuit pour les habitants. La différence ce trouve principalement dans le service proposé par « voisins vigilants ».

En effet, l’entreprise « voisins vigilants  » propose d’aider les municipalités à mettre le dispositif en place grâce à son expérience dans le domaine. Elle met également à dispositions de tous les acteurs (Maire, gendarmerie et habitants) une plateforme sur internet ainsi qu’une application mobile. De ce fait la signalisation de faits délictueux et la communication entre tous les acteurs se trouve grandement simplifiée. Elle propose également ses panneaux de signalisation reconnaissables entre tous et donc plutôt dissuasifs.

Image provenant du site "blog.voisinsvigilants.org"

Bien entendu « voisins vigilants » étant une entreprise, il faut bien que cette dernière fasse des bénéfices. C’est donc pour la municipalité que la différence se fait sentir. Outre les panneaux de signalisation qui ne sont bien sûr pas gratuits, l’entreprise gagne surtout sa vie grâce aux messages urgents que peut diffuser la mairie envers ses administrés. Ainsi, l’utilisation de la plateforme et de l’application mobile qui est entièrement gratuite lorsque les riverains font remonter des informations, ne l’est plus du tout dans l’autre sens.

Pour résumer, « voisins vigilants » met son expérience et des outils performants au service de « la participation citoyenne ». Malgré le fait que l’état mette en place des subventions pour financer ce service, il représente tout de même un budget important pour certaines municipalités. Il se peut donc que votre Maire ne souhaite pas adhérer aux « voisins vigilants » mais il n’y a en revanche pas de raison de ne pas mettre « la participation citoyenne » en place si plusieurs habitants sont volontaires pour faire vivre le dispositif.

Aimez-vous cet article ?

Si vous pensez que cet article peut être utile à d’autres personnes, n’hésitez pas, partagez-le :

Pour ne rien manquer de Sécurité-cambriolage.fr, abonnez-vous à notre newsletter ci-dessous :

NEWSLETTER

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.